Accéder au contenu principal

Articles

De l'amitié

« Celui-là aime vraiment son ami Qui aime Dieu en son ami, Qui l'aime parce qu'Il y est, Ou l'aime pour qu'Il y soit. » Saint Augustin. « L'Amitié véritable prend naissance dans le Christ, se maintient conformément au Christ, atteint son but et devient d'autant plus profitable qu'elle est tournée vers le Christ. » Saint Aelred de Rievaulx. XIIe siècle, moine cistercien.

Le soutien de l'âme

« Ne laissez sous aucun prétexte l'oraison : elle est le soutien de l'âme. » Saint Jean de la Croix. Docteur de l'Eglise. « Le seul roc véritable du baptisé, c’est la prière et la rencontre avec Jésus Christ. Les hommes forts dans la prière sont insubmersibles . Jésus a initié son ministère par quarante jours de prière dans le désert » Cardinal Sarah, Dieu ou rien.

Fidélité à la messe

« Vous désirez que je vous parle de l’Office. Il faut se préparer [...] dès l’instant que l’on entend la cloche qui nous appelle, et il faut, à l’imitation de Saint Bernard , enseigner à notre cœur ce qu’il va faire [...] Car il ne serait pas à propos d’aller à l’Office comme à la récréation : il faut donc porter à la récréation un esprit joyeux, et à l’Office un esprit sérieusement amoureux . Quand on dit : « Deus in adjutorium meum intende », Dieu venez à mon aide, il faut penser que Notre-Seigneur réciproquement nous dit : « Soyez attentifs à mon amour ». Saint François de Sales. Photo : Père Gaspard Craplet.

Spe Salvi | La grande espérance

Extraits de la lettre encyclique Spe Salv i  de Benoît XVI. «  La vraie, la grande espérance de l'homme [...], ce ne peut être que Dieu – le Dieu qui nous a aimés et qui nous aime toujours « jusqu'au bout » Cette grande espérance ne peut être que Dieu seul.  Dieu est le fondement de l'espérance.  Seul son amour nous donne la possibilité de persévérer avec sobriété jour après jour.  [ Car ] nous attendons au plus profond de nous-mêmes la vie qui est « vraiment » vie. Un premier lieu essentiel d'apprentissage de l'espérance est la prière. [...] S'il n'y a plus personne qui peut m'aider, Lui peut m'aider. Prier ne signifie pas sortir de l'histoire et se retirer dans l'espace privé de son propre bonheur. La façon juste de prier est un processus de purification intérieure qui nous rend capables de Dieu.  Afin que la prière développe cette force purificatrice, elle doit, d'une part, être très personnelle, une confrontation de mon moi avec Dieu

La plus solide consolation

« Interrogez les âmes qui L'aiment de vrai amour : elles vous diront que, dans les épreuves de la vie, elles trouvent leur meilleure et plus solide consolation à s'entretenir amoureusement avec Dieu. » Saint Alphonse de Liguori. XVIIIe. Docteur de l’Eglise.

« Interrogez souvent votre coeur ... »

« Interrogez souvent votre cœur dans la journée pour voir si vous pouvez dire en vérité : « ce n’est pas moi qui vis, c’est Jésus-Christ qui vit en moi. » Saint François de Sales. Docteur de l'Eglise.

Allons, mon âme ... avec le curé d'Ars

« Allons mon âme, aujourd’hui, tu vas converser avec le bon Dieu, travailler avec Lui, marcher avec Lui, combattre et souffrir avec Lui. Tu travailleras, mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes. Qu’il est grand, qu’il est noble, qu’il est consolant de tout faire, et en la compagnie et sous les yeux du bon Dieu. » « Le bon Dieu est la joie de celui qui L’aime … » Saint curé d'Ars.

Après la Semaine Sainte, avec Saint Augustin

« Si nous avons tardé à L’aimer, maintenant au moins ne tardons pas à Lui rendre amour pour amour. » Saint Augustin Après cette Semaine Sainte, l es mots de Saint Augustin décrivent bien ce que nos âmes devraient ressentir - ou du moins vouloir, car on ne ressent pas forcément. 

« Jésus, notre Maître est ressuscité »

«  Jésus, notre Maître est ressuscité. Il vient d'apparaître, brillant de clarté. Cieux, terre féconde, chantez comme moi, Et vous, mer profonde, chantez le grand Roi ! La terre est ouverte, comme il est écrit. La tombe est déserte, honneur, gloire au Christ ! Exulte, mon âme, éclate, mon cœur : Triomphe et proclame, Jésus Roi vainqueur ! La grande victoire du Christ immortel Remplit de sa gloire, la terre et le Ciel. O voix angéliques, charmez l'univers ; Et vous saints cantiques, vibrez dans les airs ! O douce allégresse, voici mon Jésus. Seigneur, le jour baisse, ne me quitte plus . Je T'aime et j'espère , dans l'éternité Te voir, ô mon Frère, au Ciel Te chanter !  » Sur un air composé par Haendel. Ce matin à la messe.

Dimanche de la Résurrection

«  Resurrexi, et adhuc tecum sum, Alleluia  » «  Je suis ressuscité, et je suis encore avec Vous, Alléluia  » « Et si tu ne sais pas Où Me trouver, Ne va pas de ci de là, Si tu veux Me trouver, Cherche-Moi à l'intérieur de toi. » Sainte Thérèse d’Avila.

Semaine Sainte | Samedi Saint

Jour de silence, de gravité et d'espérance.  « L'unique chose à faire est [...] de prier en silence dans l'attente de l'aurore. » Cardinal Sarah. Cette attente peut aussi orienter notre regard vers le Ciel : « L’avenir, le seul vrai avenir , c’est la  vie éternelle : cette vie n’est que la courte épreuve qui prépare l’autre. » Bienheureux Charles de Foucauld. « Pour gagner le Ciel, mon ami ? Il faut la grâce et la croix. » Saint curé d'Ars.  Et ceci, à garder dans le coeur après le Vendredi Saint : [ Office de la Passion ] Tellement beau. On est saisi profondément par la prostration des abbés, en silence. Nos coeurs font de même, intérieurement. Quelques oraisons : « O Dieu, [...] donnez-nous de Lui ressembler, et de pouvoir [...] porter l'image de la grâce céleste. » « Donnez [ à votre peuple ]  votre consolation. Que sa foi sainte puisse s'accroître et son salut s'affermir éternellement. » « Souvenez-vous, Seigneur, de vos bontés, et sanctifiez par vo

Semaine Sainte | Auprès de Lui

« Quand on aime, ne trouve-t-on pas bien, parfaitement employé tout le temps passé auprès de ce qu'on aime ? N'est-ce pas le temps le mieux employé, sauf celui où la volonté, le bien de l'être aimé nous appellent ailleurs ? » Bienheureux Charles de Foucauld. En ce jour du Vendredi Saint , demeurons de toute notre âme auprès de Lui. Ne Le laissons pas seul.  Allons prier dans une église, si nous le pouvons. Ou simplement, lisons et prions le Chemin de Croix, et le récit de la Passion selon Saint Jean. Photo : abbaye de Lagrasse . 

Semaine Sainte | Vendredi Saint

Chemin de croix,  11e station : Jésus est attaché à la Croix.  « Ce ne sont pas les clous qui maintiennent Jésus sur la Croix, c’est son amour pour nous » Sainte Catherine de Sienne « Ma vie, nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne .»  Jn 10, 18.  Jour de prière, de recueillement, de silence , de contemplation. R estons  auprès de Lui .  « Laissez-vous toujours émerveiller par tant d'amour. »   Benoît XVI. Photo : Chemin de Croix de ma paroisse. Jésus est attaché à la Croix.

Semaine Sainte | De la quatrième à la septième Parole du Christ en Croix

Les quatre dernières paroles : Quatrième Parole : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné ... » Deus meus, ut quid dereliquisti me ? Trois heures de silence entre les trois premières paroles, et la quatrième : « Mon Dieu, mon Dieu ... » C'est pour Jésus un moment de total dénuement, où il n'a plus rien sur quoi s'appuyer.  Il ne dit plus « Père », comme dans la première parole ; il dit « Mon Dieu ».  En cette heure il est submergé par la douleur. Il est à la fois Dieu qui exauce et homme qui supplie. « Et il commença d'être envahi par l'effroi et l'abattement » Mystère. Il faut, à la fin, se taire et adorer. Cinquième Parole : « J'ai soif ! ». Sitio ! Les paroles quatre et cinq révèlent l'excès de sa souffrance physique et de sa souffrance morale. D'une manière si poignante. Sixième Parole : « Tout est accompli. » Consummatum est. Heureux mille fois le chrétien qui, à la mort, pourrait sans témérité redire tout bas dans son coeur les mot

Semaine Sainte | Troisième Parole du Christ en Croix

« Voici ta Mère ... » Dicit Matri suas : Muter, ecce filius tuus. Deinde dicit discipulo : Ecce Mater tua. «  La troisième des paroles de Jésus en Croix n’est pas non plus pour crier sa souffrance. Elle ne revient pas à Iui. Elle va, comme les deux premières, au monde qu’il veut sauver.  En confiant saint Jean à sa Mère, c'est nous tous en même temps qu'il va lui donner pour enfants et dont elle va devenir désormais devant lui la Mère responsable. Cela signifie qu’il lui promet, si nous n’y mettons pas obstacle, d'exaucer aussi merveilleusement que naguère à Cana, la prière qu’elle Iui fait pour nous. Pilate devine dès lors quelque chose des profondeurs de Jésus. Il en est troublé ; [...] il cède néanmoins à la pression des grands-prêtres. C’est là, éternellement, son péché. Mais quand il écrit sur la croix :  «  Le roi des Juifs  » , ce n’est pas dans sa pensée une ironie. C’est bien plutôt une revanche de sa conscience secrète contre le crime qu’on s’arrange à lui faire c

Semaine Sainte | « Mon fils ... »

« Jésus-Christ : Mon fils, je suis descendu du ciel pour votre salut ; je me suis chargé de vos misères, afin de vous former par mon exemple [...] Le fidèle : Puisque vous avez montré, Seigneur, tant de patience durant votre vie, accomplissant par là, d'une manière parfaite, ce que votre Père demandait de vous, il est bien juste que moi, pauvre pécheur, je souffre patiemment ma misère selon votre volonté, et que je porte pour mon salut, aussi longtemps que vous le voudrez, le poids de cette vie corruptible. Car, bien que la vie présente soit pleine de douleurs, elle devient cependant, par votre grâce , une source abondante de mérites , et votre exemple suivi par vos saints la rend plus supportable et précieuse, même aux faibles.[...] Oh ! quelles grâces ne dois-je pas vous rendre, de ce que vous avez daigné me montrer , et à tous les fidèles, la voie droite et sûre qui conduit à votre royaume éternel ! Car votre vie est notre voie et par une sainte patience , nous marchons vers v

Semaine Sainte | Deuxième Parole du Christ en Croix

« En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » Amen dico tibi, Hodie mecum eris in paradiso. « Le bon larron comprend soudain quelle profondeur, quelle pureté de justice il y a dans cet homme [ Jésus ] Il y avait un peu de temps déjà que la présence silencieuse de Jésus agissait sur lui. La dignité de Jésus l'avait frappé.  » «  En ton royaume, quel mot immense ! Ses yeux n'aperçoivent que des croix, et sa foi ne se représente qu'un trône. Aujourd'hui, hodie, quelle promptitude ! Avec moi, quelle compagnie ! Dans le paradis, quel repos ! Jésus ! cette vie d'un moment que j'aurai eue parmi les hommes, sera-t-elle cette confession de vous que vous puissiez reconnaître devant votre Père des Cieux ?  » Ici le Père Journet cite Bossuet,  un extrait de son sermon pour l'exaltation de la Sainte Croix.  «  Il ne faut aller aux choses qu'en regardant l'au-delà des choses.  » Père Charles Journet, Les sept paroles du Christ en Croix

Semaine Sainte | Première Parole du Christ en Croix

«  Père, pardonne-leur ... » Jesus autem dicebat : Pater dimitte illis, non enim sciunt quid faciunt. Cloué en Croix, « Il porte en lui une magnanimité inaltérable. Ce n'est pas sa douleur terrible qu'il exhale dans sa première parole. Ce qui le préoccupe, c'est de faire descendre sur terre le pardon de son Père. [...] Au jour où je paraîtrai devant lui , que j'aurai offensé, — sachant, moi, qu'il était Fils de Dieu —, que dirai-je quand m'accuseront les péchés et trahisons de ma vie ? II y aura pourtant cette Croix où il aura été pour moi en agonie, où il aura versé telle goutte de sang pour moi, où il aura dit pour moi : « Père, pardonne-lui ! » Nous savons et nous ne savons pas ce que nous faisons quand nous péchons. Nous savons que nous faisons mal, que nous brisons une pureté en nous, que nous trahissons une fidélité, une liberté, une grandeur. Mais nous ne savons pas le fond de ce mal, l'irréparable qu'il apporte avec lui, quelle liberté, quelle pu

Semaine Sainte | Les Sept Paroles du Christ en Croix

« Dans la vie de Jésus il y a eu d'indicibles souffrances, mais aussi des joies divines et inénarrables. Quand il était petit enfant il avait la tendresse de sa mère. Plus tard, quand Il a regardé le monde, comme il a su découvrir les choses : les fleurs des champs, les grains de sénevé, les figuiers qui bourgeonnent à l'approche de l'été, les moissons qui blanchissent, le ciel rouge qui annonce le beau temps ou l'orage. II a regardé les travaux des hommes, les pêcheurs, le semeur qui sort pour semer, la femme qui tourne la meule pour moudre Ie grain ou qui fouille sa maison pour retrouver la drachme. II voyait tout avec une profondeur d’humanité, une pureté, un ravissement, une joie qui lui faisaient retrouver l’idée créatrice cachée au sein des êtres, et au prix de laquelle la vision des peintres et des poètes est peu de chose. II a regardé dans les yeux et dans le coeur des petits enfants. Son âme n'était pas contractée, mais dilatée. Et pourtant il n'a jamai

Messe des Rameaux

Ce matin à la Messe, c'est une phrase de l'épître qui m'a touchée. Elle semble essentielle pour vivre profondément cette Semaine Sainte. Dans Philippiens 2, 5 : « Mes frères : Ayez en vous les mêmes sentiments dont était animé le Christ Jésus ». Pour être avec Lui lors de sa Passion, n e pas Le laisser seul.  Comprendre et ressentir ce qu'Il avait dans le coeur, et ainsi Le connaître et L'aimer davantage. 

« L'affection du cœur ... » avec Saint Augustin

Messe des Rameaux, petit dessin. On voudrait être à genoux pendant l'Evangile de la Passion. « L'affection du cœur s'accroît par les gestes qui la traduisent ». Saint Augustin. Ou pourquoi j’aime tant ces moments à genoux lors de la messe.

Semaine Sainte | Dimanche des Rameaux

« Ne regardons jamais nos croix qu'à travers la croix de notre divin Sauveur. » Saint François de Sales. Docteur de l’Eglise. En ce dimanche, je vous propose d'écouter attentivement le récit de la Passion de Notre Seigneur, et d'en retenir un verset. Celui qui vous touchera particulièrement.  Par exemple, voici celui qui m'avait saisie la dernière fois, dans le texte de la Passion selon Saint Jean : « Ainsi s’accomplissait la parole qu’il avait dite : « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés. »  Jn 18, 9.  Photo : Père Gaspard Craplet. 

Tu étais avec moi ...

« Tu étais avec moi , et je n'étais pas avec Toi. » Saint Augustin. Père de l’Eglise. Photo : Pierre et Charles .

Carême | Du don de soi

« Qui se dépouille pour autrui se revêt du Christ. » Bienheureux Mgr Vladimir Ghika. Evêque, 1873-1954. Le don de soi unit au Christ, et ainsi rend heureux. Petit commentaire pour certains : Même dans la maladie ou l'épreuve rude, quand on semble déjà dépouillé, on peut se donner : sourire (et ce sourire aura d'autant plus de valeur aux yeux de Dieu), prier en silence pour celui qui nous aide, offrir en ayant foi qu'ainsi rien n'est perdu. Lui sait .   

Semaine de la Passion | De la Confession

Ecoutons le Saint curé d'Ars et Saint Augustin nous encourager à aller recevoir ce Sacrement, à l'approche de la Semaine Sainte.   « Le bon Dieu au moment de l’absolution jette nos péchés par-derrière ses épaules, c’est-à-dire il les oublie, il les anéantit : ils ne reparaîtront plus jamais. » Saint curé d'Ars.   « Ne refuse pas de rajeunir, uni au Christ, qui te dit : Ne crains rien, ta jeunesse se renouvellera comme celle de l'aigle. » Saint Augustin, Père de l’Eglise. Sermon 81.   Commentaire : Un coeur pur, après une confession , redevient transparent et reflète le Bon Dieu. Il est renouvelé, rajeuni. L'âme retrouve la pureté, la ferveur, l’attention à Dieu par amour, la promptitude à Lui répondre, ces ornements qu’elle a reçus au moment de notre baptême. Après la confession, il n'y a plus d'obstacle entre l'âme et Dieu, et la joie de l'âme est alors immense. Photo : Séminaire FSSP. 

L'annonciation

« Tout ce que les plus grands théologiens dans leurs traités, les penseurs chrétiens dans leurs spéculations les plus hautes, tout ce que les saints eux-mêmes dans les intuitions de leur piété ont pu dire, penser, entrevoir de la grandeur de la Très Sainte Vierge Marie, l’Ange l’a excellemment exprimé dans ces premiers mots de sa salutation que je viens de vous rappeler : « Je vous salue, Marie, pleine de grâce ».   Dom Augustin Guillerand, 1877-1945. P rêtre devenu Chartreux .  « Et l’ange la quitta. » Et tout commença.  Tableau : Ange en adoration. Fra Angelico, vers 1430. 

Semaine de la Passion | L'attachement au Christ

A l'approche de la Semaine Sainte, je remets à l'honneur une très belle homélie d'un abbé que j'ai connu un temps. Merci à lui.  « L’exemple des martyrs nous montre qu’il y a une unification de notre cœur à opérer. On a envie d’admirer la constance du martyr, sa générosité , sa bonté, sa capacité à ne pas tenir compte des souffrances qu’il endure. Cela signifie quelque chose de très profond au point de vue de l’être transformé par le Saint Esprit. Cela veut dire que le centre intime de la personne est devenu inséparable du Seigneur Jésus-Christ. Cela ne veut pas dire que le martyr est devenu indifférent. Cela ne veut pas dire qu’il renonce à toute joie et à tout amour. [...] Cela veut dire qu’il a tout confié au Seigneur, et le Seigneur est devenu l’amour de son amour, le centre de son amour, le centre de toute sa vie intime, le centre de son intelligence. Et le Seigneur protège ce coeur purifié , unifié , plongé dans la force du Saint Esprit. [...] Tout ce qu’il avait

Semaine de la Passion | Avec Saint Jean de la Croix

A l'approche de la Semaine Sainte, voici quelques maximes d'un Docteur de l'Eglise, Saint Jean de la Croix, que je remets à l'honneur en ces jours saints.  Je vous propose d'une choisir une, qui vous rejoint particulièrement. Un bref texte suffit très souvent pour nourrir l'âme.  « Que le premier soin de votre coeur soit d’exciter en vous un ardent et affectueux désir d’imiter Jésus-Christ en toutes vos œuvres, vous étudiant à faire chaque chose comme le Seigneur lui-même la ferait. » « Plus Dieu veut nous donner, et plus il augmente nos désirs, faisant sentir le vide de l’âme, pour la remplir ensuite de ses biens. » « Dieu estime bien plus le moindre accroissement de pureté dans votre conscience, que toutes les grandes œuvres extérieures que vous pourriez entreprendre pour le servir. » « Que sert de donner une chose à Dieu, quand il vous en demande une autre ? Voyez ce que Dieu veut, et faites-le ! Et votre coeur y trouvera une bien plus douce satisfaction q

De la Foi

Un bref point de notre homélie ce matin. Merci monsieur l'abbé.  Un point essentiel, que nous oublions souvent quand cela nous arrive, même si dans le fond nous le savons très bien. La foi n'est pas dans le sentiment. Elle est dans l'adhésion.  La foi, ce n'est pas ressentir. Parfois, un peu. Souvent, non. Ce sentiment, cet élan ressenti, par bonté et pour nous encourager, Dieu peut nous l'accorder. Dans la vie spirituelle, c'est comme une consolation, un bref moment qui nous encourage. Mais la foi, la véritable foi, relève bien de l'adhésion. Je crois, parfois sans ferveur, parfois dans la nuit, mais je crois. Ce rappel redonne paix et confiance .  Et me fait penser à ceci : Saint Jean de la Croix , qui enseigne beaucoup sur cette « nuit », écrivit : « Et je n’apercevais rien pour me guider que la lumière qui brûlait dans mon cœur. » Pour lui, la nuit spirituelle de la foi est éclairée cependant de l’intérieur par cette même foi - qui, appuyée sur le Christ

Un petit bouquet spirituel

En ces premiers jours de printemps, un célèbre enseignement d'un Docteur de l'Eglise, dans lequel il est question de fleurs et de petit bouquet spirituel ...  Saint François de Sales, vous l'aurez deviné.  Dans les lignes qui précèdent, il nous parle de l'oraison de méditation :  « en le regardant souvent par la méditation, toute votre âme se remplira de lui ; vous apprendrez ses contenances, et formerez vos actions au modèle des siennes. Il est la lumière du monde : c’est donc en lui, par lui et pour lui que nous devons être éclairés » Voici : « La méditation répand des bons mouvements en la volonté ou partie effective de notre âme, comme sont l’amour de Dieu et du prochain, le désir du paradis et de la gloire, le zèle du salut des âmes, l’imitation de la vie de Notre Seigneur, la compassion, l’admiration, [...] la haine du péché , la confiance en la bonté et miséricorde de Dieu, la confusion pour notre mauvaise vie passée ; et en ces affections, notre esprit se doit é

Fidélité à la messe, avec Saint François de Sales

« Votre grande intention en la communion doit être de vous avancer, fortifier et consoler en l’ amour de Dieu [...] Si les [ personnes du monde ] vous demandent pourquoi vous communiez si souvent, dites-leur que c’est pour apprendre à aimer Dieu, pour vous purifier de vos imperfections, [...] pour vous consoler en vos afflictions, pour vous appuyer en vos faiblesses. Dites-leur que deux sortes de gens doivent souvent communier : les parfaits, parce qu’étant bien disposés, ils auraient grand tort de ne point s’approcher de la source et fontaine de perfection, et les imparfaits, afin de pouvoir justement prétendre à la perfection ; les forts afin qu’ils ne deviennent faibles, et les faibles afin qu’ils deviennent forts [...] Dites-leur que vous recevez le Saint-Sacrement pour apprendre à le bien recevoir , parce que l’on ne fait guère bien une action à laquelle on ne s’exerce pas souvent. » Saint François de Sales, Docteur de l'Eglise. 

La meilleure prière

« On n’a pas besoin de tant parler pour bien prier. On sait que le bon Dieu est là [...] ; on lui ouvre son coeur ; on se complaît en sa sainte présence . C’est la meilleure prière celle-là. »  Saint curé d'Ars .  Tableau : Saint Joseph , détail de la Nativité de Fra Angelico, vers 1452, conservée à San Marco.